adopter


adopter

adopter [ adɔpte ] v. tr. <conjug. : 1>
XIVe; lat. adoptare
1Prendre légalement pour fils ou pour fille ( adoption). C'est un enfant qu'ils ont adopté. P. p. adj. Un orphelin adopté. Subst. Un adopté.
Par ext. (XVIIe) Traiter comme son propre enfant, reconnaître comme apparenté d'esprit, de goût. « Elle avait été très vite adoptée par ce monde de savants » (Maurois).
2(déb. XVIIIe) Fig. Faire sien en choisissant, en décidant de suivre. approuver, choisir, embrasser, suivre. « l'âpreté avec laquelle il soutenait les opinions qu'il avait une fois adoptées » (Barrès). « adopter le langage et les coutumes de la Turquie » (Loti). Adopter un profil bas. Loc. L'essayer c'est l'adopter, vous serez satisfait, vous ne pourrez vous en passer. — Spécialt Approuver par un vote. L'Assemblée a adopté le projet de loi.
⊗ CONTR. Abandonner, rejeter.

adopter verbe transitif (latin adoptare, choisir) Prendre, au terme d'un jugement, pour fils ou fille celui, celle qui ne l'est pas naturellement. Admettre quelqu'un dans son milieu, le considérer comme un des siens : La famille de mon conjoint m'a adoptée. Faire sienne la conduite, les idées de quelqu'un d'autre : Adopter le point de vue de la majorité. Choisir, prendre, avoir tel comportement, tel langage : Quelle politique faut-il adopter ? Choisir quelque chose pour soi, pour en user régulièrement : Adopter une mode, un nouveau produit. Approuver, voter un projet, une loi, etc. ● adopter (homonymes) verbe transitif (latin adoptare, choisir)adopter (synonymes) verbe transitif (latin adoptare, choisir) Faire sienne la conduite, les idées de quelqu'un d'autre
Synonymes :
- élire
- opter pour
Contraires :
Choisir, prendre, avoir tel comportement, tel langage
Synonymes :
- préférer
- sélectionner
Contraires :
Choisir quelque chose pour soi, pour en user régulièrement
Synonymes :
- préférer
- sélectionner
Contraires :
Approuver, voter un projet, une loi, etc.
Synonymes :
- entériner
Contraires :

adopter
v. tr.
d1./d Prendre pour fils ou pour fille, dans les formes prescrites par la loi. Adopter un enfant.
|| Choisir avec prédilection. Il m'adopta pour ami.
d2./d (Afr. subsah.) Recueillir un enfant dans sa famille sans que cela entraîne nécessairement les effets juridiques de la filiation par le sang.
d3./d Choisir, admettre (une idée). J'ai adopté cette opinion.
d4./d Donner son approbation à une proposition (en parlant d'une assemblée délibérante). L'Assemblée a adopté ce projet de loi.

⇒ADOPTER, verbe trans.
I.— DROIT
A.— Emploi trans. [L'obj. est une pers., enfant ou adulte] Prendre quelqu'un pour fils ou pour fille par un acte légal approprié :
1. Justement, il avait à Saint-Lô une vieille parente riche, qui cherchait une demoiselle de compagnie. La jeune fille serait parfaitement là, d'autant plus que cette dame, n'ayant pas d'enfant, pourrait s'attacher à elle, peut-être l'adopter plus tard.
É. ZOLA, La joie de vivre, 1884, p. 1033.
2. Ayant à peine connu sa mère prématurément ravie à la prostitution clandestine, elle avait été recueillie et adoptée par une matelassière de Montrouge.
L. BLOY, La Femme pauvre, 1897, p. 19.
Rem. Syntagmes usuels : adopter un enfant, les enfants de qqn, un orphelin, une nièce.
B.— Emploi pronom. réciproque :
3. ... l'adoption servait souvent à fonder de véritables familles. Il arrivait fréquemment à plusieurs personnes de s'adopter mutuellement; elles devenaient alors frères ou sœurs les unes des autres, et la parenté qui les unissait était aussi forte que s'ils étaient descendus d'une commune origine.
É. DURKHEIM, De la Division du travail social, 1893, p. 185.
P. ext., lang. cour. [L'obj. est une pers. quelconque, qui est dans le besoin] Accorder à quelqu'un une protection bienveillante et durable; l'admettre dans son cercle de famille :
4. Du vivant de son frère, alors que ses instincts de protectrice étaient encore sans emploi plus proche, elle se faisait la main en adoptant les enfants pauvres, les infirmes, tous les misérables à deux lieues à la ronde;...
E.-M. DE VOGÜÉ, Les Morts qui parlent, 1899, p. 89.
5. ... la directrice, notamment, se désole de son union stérile et elle adopte, du cœur, tous les bambins gentillets.
L. FRAPIÉ, La Maternelle, 1904, p. 35.
P. anal. [L'obj. est un animal fam.] Adopter un chien.
II.— Choisir de propos délibéré.
A.— [L'obj. est une pers.] Porter son choix sur quelqu'un en raison de sa valeur (morale, spirituelle, littéraire, symbolique).
1. Pour former groupe avec lui :
6. Verlaine étant déjà fourbu quand le symbolisme l'adopta et le tira de l'obscurité.
A. THIBAUDET, Réflexions sur la littérature, 1936, p. 10.
7. Vous le savez, messieurs, comme la révolution survenue l'adopte, le fait sien, le proclame et s'enivre de lui.
P. VALÉRY, Variété 3, 1936, p. 166.
2. Pour se placer sous son autorité. Adopter un directeur de conscience.
B.— [L'obj. est une chose]
1. Choisir de propos délibéré quelque chose pour le faire sien, s'y rallier, y conformer sa vie :
8. Elle avait commencé, un beau jour, à le trouver bête et ridicule, parce que les amis qu'elle avait parmi de jeunes auteurs et acteurs lui avaient assuré qu'il l'était, et elle répétait à son tour ce qu'ils avaient dit, avec cette passion, cette absence de réserves qu'on montre chaque fois qu'on reçoit du dehors et qu'on adopte des opinions ou des usages qu'on ignorait entièrement.
M. PROUST, À la recherche du temps perdu, À l'ombre des jeunes filles en fleurs, 1918, p. 782.
9. Le sentiment pieux, pour s'exprimer, invente le geste, ou l'adopte, puis, de dessous le geste, s'esquive, et bientôt le geste en tient lieu; ...
A. GIDE, Journal, 1940, p. 39.
10. ... ce que je regarde reste devant moi; ce que j'adopte pénètre chez moi; le vouloir et la valeur sont confondus et unis.
P. RICŒUR, Philosophie de la volonté, 1949, p. 77.
11. ... consentir c'est moins constater la nécessité que l'adopter; c'est dire oui à ce qui est déjà déterminé; c'est convertir en soi l'hostilité de la nature, en liberté la nécessité.
P. RICŒUR, Philosophie de la volonté, 1949 p. 324.
Rem. Syntagmes usuels 1. [l'obj. est une chose qui représente une valeur] a) Chose concr. : adopter un insigne, la croix de Lorraine, une devise, une maxime. Adopter des techniques, les thérapeutiques nouvelles. b) Chose abstr. : adopter une conception, un critère, un critérium, une hypothèse, un plan, un plan général, un plan d'action, un postulat, un principe, une théorie, une règle, une ligne de conduite, un point de vue. Adopter un humanisme, une philosophie, une politique. Adopter des dispositions, des doctrines, les rites d'une conférie, d'une religion. Spéc., LING. LITT. : adopter le mot, le sens d'un mot, le vocabulaire, une terminologie, une orthographe, un langage, un tour de langage, des tours de phrase, des caractères stylistiques, le style de qqn, le rythme d'une phrase, un texte, une version (d'un texte). 2. [L'obj. est une attitude extérieure ou intérieure] : Adopter un air digne, une attitude, un comportement, un maintien, un ton, une pose, un genre, une mode, une coiffure. Adopter deux personnalités.
2. En partic. [En parlant d'une assemblée délibérante] Donner par un vote un caractère officiel et définitif à l'objet de la délibération :
12. ... vous pourrez croire que vous ferez un grand acte de justice et même de générosité, si, écartant l'idée de ces négociations absurdes et sans objet, vous vous contentez d'adopter le projet de décret que j'ai l'honneur de vous proposer : « L'Assemblée nationale déclare que la ville d'Avignon et son territoire font partie de l'Empire françois, ordonne que tous ses décrets y seront aussitôt envoyés pour y être exécutés comme dans le reste de la France. »
M. DE ROBESPIERRE, Discours, Sur la pétition du peuple avignonois, t. 6, 1793, pp. 596-597.
13. Toutefois, la crainte de heurter les Anglo-saxons, qui était pour les « politiques » une seconde nature, détourna l'Assemblée d'adopter sur ce point la motion catégorique que j'aurais souhaitée.
Ch. DE GAULLE, Mémoires de guerre, L'Unité, 1956, p. 155.
Rem. 1. Syntagmes fréq. : adopter une convention, une ordonnance, un programme, un projet, une résolution. Adopter des amendements, des conclusions, des décisions. Proposition, conclusion adoptée à l'unanimité. 2. Même dans son sens affaibli, le verbe conserve l'idée d'un choix destiné à durer au moins un certain temps et à jouer un rôle, même minime, dans la vie des personnes affectées par lui.
Prononc. — 1. Forme phon. :[], j'adopte []. Enq. :/ado2pt/. Conjug. parler. 2. Dér. et composés : adoptable, adoptant, adoptianisme (cf. Lar. encyclop.), adoptien, adoptif, adoption.
Étymol. ET HIST. — 1. 2e moitié XIIIe s. (?) dr. antique « donner à qqn le rang et les droits de fils ou de fille » (Digestes, ms. Montpellier, fol. 9c ds GDF. Compl. : ... puis que li peres qui l'adopte fu fes senateur); l'adoption étant inconnue dans l'anc. dr. fr., jusqu'à la Révolution, le terme est toujours empl., au sens propre, en référence à l'antiquité ou à des législations étrangères. Le 18 janvier 1792, l'Assemblée nationale décrète que son comité de législation comprendrait, dans son plan général des lois civiles, les lois relatives à l'adoption; mais cette pratique est seulement introduite dans les lois fr. par le Code Civil en l'an XII; 2. 1re moitié XIVe s. « admettre (un fait, un point de vue) » part. passé fém. substantivé « disposition admise ». (PH. DE VITRY, Métam. d'Ov., éd. Tarbé, p. 7 ds GDF. s.v. adoptee :Ainsi est l'ordenance toute Des elemens manifestee, Qui garde bien ceste adoptee).
Empr. au lat. adoptare « id. » au sens 1 dep. PLAUTE, Poen., 1059 ds TLL s.v., 810, 36; au sens 2 en lat. impérial : SEN., Epist., 13, 17, ibid., 811, 55 : Epicuri dicta, quae mihi et laudare et adoptare permisi.
STAT. — Fréq. abs. litt. :2 803. Fréq. rel. litt. :XIXe s. : a) 5 790, b) 2 516; XXe s. : a) 2 636, b) 4 045.
BBG. — BAILLY (R.) 1969. — BAR 1960. — BÉL. 1957. — BÉNAC 1956. — Canada 1930. — CAPUT 1969. — DUP. 1961. — FÉR. 1768. — KOLD. 1902. — LAF. 1878. — LAFON 1963. — PRÉV. 1755. — RITTER (E.). Les Quatre dictionnaires français. Remarques lexicographiques. B. de l'Inst. nat. genevois. 1905, t. 36, p. 341.

adopter [adɔpte] v. tr.
ÉTYM. XIVe; du lat. jurid. adoptare, de ad, et optare « choisir ».
———
I
1 Dr. et cour. Choisir (qqn) pour fils ou pour fille en remplissant les conditions prévues par la loi. Adoption. || Ils ont adopté un orphelin, un petit Cambodgien.
1 Nul époux ne peut adopter ou être adopté qu'avec le consentement de l'autre époux (…)
Code civil (1802), art. 347.
REM. Cette phrase a disparu du Code; l'article 347 énumère les cas où un enfant peut être adopté.
2 (XVIIe). Cour. Traiter (qqn; un animal) comme l'un des siens, reconnaître comme apparenté d'esprit, de goût. || Le petit groupe l'avait vite adopté.
2 (…) lorsqu'on met les petits de la draine dans le nid de la litorne, celle-ci les adopte, les nourrit et les élève comme siens (…)
Buffon, Hist. nat. des oiseaux, La litorne.
3 Elle avait été très vite adoptée par le monde de savants et de médecins dans lequel ses amis l'avaient fait pénétrer.
A. Maurois, Climats, p. 67.
3.1 Il connut bientôt la « bande » de Lemordant, une vingtaine d'étudiants qui portaient presque tous le béret de velours. Ils tenaient leurs assises au premier étage de la brasserie Polder où ils jouaient au bridge et au billard. Lucien allait souvent les y retrouver et bientôt il comprit qu'ils l'avaient adopté, car il était toujours reçu aux cris de : « Voilà le plus beau ! » ou « C'est notre Fleurier national ! »
Sartre, le Mur, l'Enfance d'un chef.
———
II
1 (XVIIIe; av. 1350, au p. p. substantivé). Fig. Accepter et faire sien (une opinion, un point de vue). || Adopter une opinion, un projet. Accepter, accord (être d'accord), admettre, approuver, choisir, opter (pour).
4 (…) l'âpreté avec laquelle il soutenait les opinions philosophiques et théologiques qu'il avait une fois adoptées.
M. Barrès, la Colline inspirée, p. 24.
2 Choisir de préférence ou prendre par imitation. Embrasser, suivre. || Adopter une religion, une méthode, des doctrines.Adopter une mode. || Adopter un ton qui n'est pas naturel. Employer. || Adopter un langage, des mots nouveaux.
5 Cette formule parut heureuse et tout le monde l'adopta.
G. Duhamel, Chronique des Pasquier, V, 7.
6 J'en suis venue à adopter pour un temps le langage et les coutumes de la Turquie.
Loti, Aziyadé, XXIV.
Littér. (Choses). Intégrer d'une manière harmonieuse. Prendre.
7 L'horizon, la ville, l'averse adoptaient la couleur des nuages chargés d'une eau intarissable.
Colette, la Chatte, p. 99.
3 Spécialt. Approuver par un vote. Entériner, ratifier. || L'Assemblée a adopté le projet de loi, la motion.
8 (…) la crainte de heurter les Anglo-saxons, qui était pour les « politiques » une seconde nature, détourna l'Assemblée d'adopter sur ce point la motion catégorique que j'aurais souhaitée.
Ch. de Gaulle, Mémoires de guerre, t. II, p. 155.
——————
adopté, ée p. p. adj.
|| Enfants adoptés (→ Adoptable, cit. 1).N. (1863). || Un adopté, une adoptée : personne qui a été légalement adoptée (opposé à adoptant).
CONTR. Abandonner. — Refuser, rejeter, repousser, renvoyer. — Combattre.
DÉR. et COMP. Adoptable, adoptant. Désadopter.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • adopter — UK US /əˈdɒptər/ noun [C] MARKETING ► a person or company that starts to use a new product or service: »While large firms may be the most visible adopters of IT and e commerce, smaller companies also face pressure to adopt these technologies. →… …   Financial and business terms

  • adopter — ADOPTER. v. a. Choisir quelqu un pour fils ou pour fille, le faire entrer dans tous les droits et dans toutes les obligations de ses propres enfans: ce qui n étoit en usage que chez les Anciens. Auguste adopta Tibère. Chez les Romains, ceux qu on …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Adopter — A*dopt er, n. 1. One who adopts. [1913 Webster] 2. (Chem.) A receiver, with two necks, opposite to each other, one of which admits the neck of a retort, and the other is joined to another receiver. It is used in distillations, to give more space… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • adopter — Adopter, et prendre à fils, Adoptare, Arrogare aliquem in filium. Celuy qui adopte un autre, Adoptator. Adopté, Adoptatus …   Thresor de la langue françoyse

  • adopter — Adopter. v. a. Choisir pour fils, faire entrer quelqu un dans tous les droits, & dans toutes les obligations d un veritable fils. Auguste adopta Tibere. ceux qu on avoit adoptez passoient dans la famille, & sous la puissance de celuy qui les… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • adopter — (a do pté) v. a. 1°   Choisir quelqu un pour fils ou pour fille et lui en donner les droits civils, en remplissant certaines formalités légales. •   Jamais, sans ses avis, Claude, qu il gouvernait, n eût adopté mon fils, RAC. Brit. III, 3.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ADOPTER — v. a. Choisir quelqu un pour fils ou pour fille, et lui en donner les droits civils, en remplissant certaines conditions prescrites par la loi. Auguste adopta Tibère. Chez les Romains, ceux qu on avait adoptés passaient dans la famille et sous la …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • adopter — adopt ► VERB 1) legally take (another s child) and bring it up as one s own. 2) choose to take up or follow (an option or course of action). 3) Brit. choose as a candidate for office. 4) assume (an attitude or position). 5) formally approve or… …   English terms dictionary

  • adopter — noun see adopt …   New Collegiate Dictionary

  • ADOPTER — v. tr. Choisir quelqu’un pour fils ou pour fille et lui en donner les droits civils en remplissant certaines conditions prescrites par la loi. Auguste adopta Tibère. Chez les Romains, ceux qu’on avait adoptés passaient dans la famille et sous la… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.